Expliquer simplement Cartes à collectionner

Complément d’information à propos de Cartes à collectionner

Êtes-vous assez Shônen, Shôjo ou Seinen ? Dans la production manga, ces trois mots caractérisent des « publics cibles » désiré l’âge et le sexe du lecteur. En effet, si le Shônen s’adresse aux jeunes garçonnets et le Shôjo aux jeunes dames, le genre Seinen concerne mieux les grands. Voici une sélection de titres emblématiques pour mieux intercepter les subtilités de chaque genre. Avant toute chose, racontons que ces gradation par âge et par sexe sont issues de lignes éditoriales qui, en aucun cas, ne cantonnent les lecteurs et lectrices dans une forme considérable. Il faut simplement comprendre qu’un diacétylmorphine se transforme dans un Shônen et une héroïne dans un Shôjo. Toutefois, femmes et garçonnets peuvent travailler dans les modes d’après leur sensibilité. Il ne faut voir aucune taquinerie à cette layout.si vous lisez des mangas, vous avez bien entendu constaté que les plus récents sont groupés non pas par genre sous prétexte que sur le continent européen ( fantastique, anticipation, tranche de vie, etc. ), mais par public muni d’une mention. Shonen pour les jeunes garçonnets ( le Shonen Nekketsu en détaillé ), Seinen pour les plus grands ( particulièrement des artiste là encore ), Shojo pour les jeunes femme, le Kodomo pour les petits. Il existe bien entendu d’autres types ( comme par exemple le yaoi, ou le hentai ), mais je préfère m’attarder sur les catégories les plus notoires avec les modèles les plus marqués.Ainsi, on écarte du champ de ce post des œuvres, bien fondamentales, comme les peintures rupestres, la cloison de Bayeux, les rouleaux d’Hokusai ou les gravures de William Hogarth, sans par là négliger leur effect, au moins indirecte, sur la bd. Il en est de même pour les tablette, les peintures satiriques et de presse qui sont souvent confondus avec de la bande dessinée. Le but n’est pas ici de comprendre en détail de quelle façon celle-ci vit le jour mais d’insérer quelques jalons historiques afin d’en avoir une meilleure tolérance.Le type Seinen peut s’enorgueillir de réunir des titres ancrés dans l’histoire de la culture célèbre et d’avoir impacté vite les imagination d’une génération fan de anticipation et de paléographie d’anticipation. Les mangas estampillés Seinen conçoivent rapidement leurs histoire le plus souvent autour de la notion de pouvoir. Des œuvres du fait que Akira, Gunmm et Ghost in the Shell critiquent le principe des pme technologiques soumises à des bienfaits politiques ou privés réglant à agenouiller l’humanité. Leurs héros, humains ou cyborgs, luttent follement pour récupérer des exigences de vie acceptables. Même s’ils sont bien différents, Monster et 20th Century Boys s’interrogent sur la place de l’homme au centre de l’univers. Le 1er explore les excès de la science, le second étude l’influence des gourous pendant les situations de crise sociale. Pour améliorer ces grands sujets « Seinen » de façon ludique, l’éditeur Kurokawa propose sous la compilation Kurosavoir une multitude de mangas sévissant les grands pensées philosophiques, historiques et littéraires. La fabrique manga n’en finit pas de nous saisir.Elevée à la bande-dessinée franco-belge, la France a une certaine ennui à prendre le contour du manga. Au début des années 70, c’est dans le guide spécialisé sur le bataille Budo Magazine Europe qu’il faut se rendre pour déceler de courtes spectacle de manga traduites. Le fanzine Cri qui tue fait à ce titre la part belle au manga en communiquant notamment Golgo 13. L’un des premiers déclics vient du succès de l’animé Candy qui permettra des éditeurs a afficher le manga et à le publier. Succès relâché ! Les années 80 seront une succession de tentatives de percée du manga en France, mais en vain et cela malgré la ajour de Mangazone, le premier bande dessinée d’information sur la bande dessinée japonaise.Evangelion se manifeste dans cette figure car il prend un contrepied exceptionnel et intéressant dans le panorama manga. Alors que la ais à billet met en essor l’animé dès qu’un manga trouve son public, Eva a pris le rayure antagonique. Catapulté au forteresse d’œuvre à ne pas manquer en seulement quelques épisodes, il fut décidé de l’adapter sur papier pour battre de nouvelles pistes. Comme toute relecture d’Evangelion, dont les actuels séries n’accomplissent pas exception, ce manga suscite donc des p.-v. interminables sur sa exactitude à l’œuvre originale. À noter que sa diffusion très lente, entamée en 1995, n’est toujours pas expérimentée alors que le fabriquant n’a posté que treize cubage !

En savoir plus à propos de Cartes à collectionner